DRC Elections—Will Congolese women have a fair chance?

DRC Elections—Will Congolese women have a fair chance?

DRC Elections—Will Congolese women have a fair chance?

December 11, 2018 by Naima Kane*

Edited by Mavic Cabrera-Balleza and Katrina Leclerc

“The forthcoming elections is a decisive turning point for the Democratic Republic of Congo (DRC), because if we really do have these elections despite the fact that it has long dragged out, it will be the first democratic transition ever in the DRC”  –Justine Masika Bihamba, founder of Synergie des femmes pour les victimes des violences sexuelles (Synergie of Women for Victims of Sexual Violence; SFVS), a member of the Global Network of Women Peacebuilders (GNWP).

Ms. Masika’s statement best captures the current political climate in the DRC: great anticipation, uncertainty and anxiety.

(Pictured: Justine Masika Bihamba; photo credit: NGO Working group on WPS)

 

Ms. Masika Bihamba was in New York twice in the last few months on July 25th, 2018 to brief the UN Security Council on the situation in the DRC; and during the commemoration of the 18th anniversary on the UN Security Council Resolution (UNSCR) 1325 on Women, Peace and Security in October. On both occasions, Ms. Masika advocated for the full and effective implementation of UNSCR 1325 and supporting resolutions.

The Security Council briefing focused on the anticipated elections set to take place in December.  Security Council members stressed their expectations for President Kabila to abide by the Congolese constitution and for all stakeholders in the region to put in place measures to ensure that the elections take place under favorable conditions. Several Security Council members expressed serious concern about the unstable socio-political situation in the DRC which would further jeopardize the elections in December. The Representative of Côte d’Ivoire urged the Congolese authorities to “lift the prohibition on public demonstrations and to create conditions favorable for the expression of basic individual and collective freedoms.”

While talks about the upcoming elections in the DRC have been saturated with news such as politicians Jean-Pierre Bemba and Moïse Katumbi being barred from the presidential race by the national electoral commission; and problems with voting machines, little has been devoted to understanding the lack of women’s representation in Congolese national and local politics. 

Furthermore, there is a problem with the elections in regard to support of the population and the participation of women. Only 12% of candidates who came forward for the elections were women. There is a need to strengthen support for women candidates due to the economic burdens of electoral candidacies and a lack of trust in women’s political capacity.

During the Security Council briefing, Ms. Bihamba called on its members to put pressure on the Congolese government to push policies that favor women’s political participation and to continue supporting the implementation of UNSCR 1325.

Below is an interview with Ms. Masika wherein she explains the socio-political context around the elections:

 

Naima Kane (NK): What do the elections set to take place later in December mean to you as a Congolese activist and defender of women’s rights, and what do you think they will determine?

Justine Masika (JM): We’re counting on these elections a lot because if we really do have these elections despite the fact that it has long dragged out, it will be the first democratic transition ever in the DRC. With regards to the political participation of women, customs and traditions still discourage women from standing for elections. The high cost of running an election campaign also prevent women from running for office. 

NK: What has been the role of Resolution 1325 in advancing the situation of women’s rights in the DRC? Are there any other resolutions that you feel have been essential in policy and legislative advocacy there?

JM: When we speak of Resolution 1325 we always speak about it in relation to other resolutions, not just 1325. We work with all resolutions related to 1325, even within the Congolese Women’s Forum on Resolution 1325. We also raise awareness of Resolution 2250 on Youth, Peace and Security which is being used by members of the Young Women for Peace and Leadership in DRC in advocating for their rights.

NK: Why are women’s political participation and resolutions like 1325 so key to establishing peace and security in the region?

JM: Resolution 1325 calls on governments to ensure women’s participation in decision-making, peacebuilding and conflict prevention. Women are half of the population and they have unique views and practical solutions to offer.

NK: What are your recommendations for civil society groups and the international community to support you on this issue?

JM: Sharing of information on all meetings held around peace and security. Another thing is that once the information is shared with us, we need to also be able to respond and contribute.  We need you to facilitate our participation in global policy discussions.

NK: What reactions have you received from doing this work, not only from government officials but also from the members of the communities you’ve worked with?

JM: At the beginning, it wasn’t easy because you were seen as someone that was trying to get women to rebel. But gradually as you forge alliances especially within the community, with the chiefs, the religious members, and the whole movement, people start understanding that the woman is someone who is not just a wife or mother, but also a leader. It’s all a process.

NK: What is your message to the women and girls of the DRC?

 

JM: “Stay brave, continue to fight, because women are the force that will bring positive change to our country.”

 

With all the anticipation around the elections, it is important to highlight that Congolese women are not just victims of sexual violence. They are agents of change.

 

Note: GNWP supports women’s participation in the DRC elections and in other countries through facilitating media coverage and creating platforms so they can reach the electorates more effectively. 

 

*The author is a former Research and Advocacy Intern at the Global Network of Women Peacebuilders.


 

Élections en RDC : Est-ce que les femmes congolaises auront une chance juste ?

Le 11 décembre 2018 par Naima Kane*

Édité par Mavic Cabrera-Balleza et Katrina Leclerc

« Les élections qui s’en viennent s’agissent d’un tournant décisif pour la République démocratique du Congo (RDC), car si nous arrivons réellement à tenir ces élections en dépit du fait que ce processus à traîner en longueur, ceci sera la première transition démocratique à laquelle nous assisterons en RDC » –Justine Masika Bihamba, fondatrice de la Synergie des femmes pour les victimes des violences sexuelles (SFVS), membre du Global Network of Women Peacebuilders (GNWP).

La déclaration de Mme Masika résume le mieux le climat politique actuel en RDC : grande anticipation, incertitude et anxiété.

(En photo : Justine Masika Bihamba ; crédit photo : NGO Working Group on WPS)

 

Madame Masika était à New York deux fois dans les derniers mois, notamment le 25 juillet 2018 pour présenter au Conseil de Sécurité de l’ONU un exposé sur la situation en RDC ; et pendant la commémoration du 18e anniversaire de la Résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU 1325 sur les Femmes, la paix et la sécurité en octobre. Lors des deux occasions, Mme Masika a plaidoyé pour la mise en œuvre efficace de la Résolution 1325 et des autres résolutions connexes.

Les rencontres du Conseil de Sécurité ont mis l’emphase sur le fait qu’ils attendaient que le Président Kabila se conforme à la constitution congolaise et que tous les partis prenants dans la région mettent en place les mesures propres pour assurer le bon déroulement du scrutin. Plusieurs membres du Conseil de Sécurité ont fait part de la vive inquiétude que leur inspirait l’instabilité sociopolitique en RDC qui compromettrait davantage la tenue des élections en décembre. Le représentant de la Côte d’Ivoire a exhorté les autorités congolaises à « lever l’interdiction des manifestations publiques et à créer les conditions favorables à l’expression des libertés individuelles et collectives fondamentales ».

Tandis que les discussions sur les prochaines élections en RDC ont été saturées par des informations telles que les politiciens Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi étant exclus de la course à la présidence par la commission électorale nationale et en ce qui concerne les machines à voter, peu de choses ont été consacrées à la compréhension du manque de représentation des femmes dans la politique nationale et locale congolaise.

D’autant plus, il y a un problème lié au fichier électoral quant à l’appui de la population et à la participation de la femme. Seul 12 % des candidatures pour les élections étaient des femmes ; il y a un besoin d’accroître l’appui davantage pour les femmes congolaises dû aux fardeaux économiques liés à une candidature électorale et à la faible confiance dans les capacités politiques de la femme.

Lors de son exposé devant le Conseil de Sécurité, Madame Masika a demandé à aux membres d’exercer des pressions sur le gouvernement congolais pour l’amener à promouvoir des politiques en faveur de la participation des femmes à la vie publique et à continuer d’apporter son appui aux activités de sensibilisation mené à la mise en œuvre de la Résolution 1325.

Vous trouverez ci-dessous l’entretien que nous a accordé Madame Masika dans lequel elle précise le contexte sociopolitique où se déroule les élections :

 

Naima Kane (NK) : Que signifie pour vous, en tant qu’activiste congolaise et défenseuse des droits des femmes, les élections qui auront lieu en décembre et que pensez-vous qu’elles vont déterminer ?

Justine Masika (JM) : Nous comptons beaucoup sur ces élections car si nous les tenons réellement malgré le fait qu’elles se prolongent depuis longtemps, ce sera la première transition démocratique de la RDC. En ce qui concerne la participation politique des femmes, les coutumes et les traditions dissuadent toujours les femmes de se présenter aux élections. Le coût élevé d’une campagne électorale empêche également les femmes de se porter candidates.

NK : Quel a été le rôle de la Résolution 1325 dans l’amélioration de la situation des droits des femmes en RDC ? Y a-t-il à votre avis d’autres résolutions qui ont été essentielles dans le cadre des activités de plaidoyer sur les plans politiques et législatifs là-bas ?

JM : Quand nous parlons de la Résolution 1325 nous la rapportons toujours à d’autres résolutions. Nous œuvrons dans le cadre de l’ensemble des résolutions liés à la Résolution 1325, même au sein du Forum des femmes congolaises sur la Résolution 1325. Nous collaborons également avec des jeunes dans le cadre de la Résolution 2250 dont se servent de nombreuses Jeunes femmes pour la paix et leadership en RDC pour promouvoir leurs droits.

NK : Pourquoi la participation politique des femmes et les résolutions telles que 1325 sont-elles si essentielles pour instaurer la paix et la sécurité dans la région ?

JM : La Résolution 1325 appelle les gouvernements à garantir la participation des femmes à la prise de décision, à la consolidation de la paix et à la prévention des conflits. Les femmes représentent la moitié de la population et ont des points de vue uniques et des solutions pratiques à offrir.

NK : Que recommanderiez-vous aux groupes de la société civile et à la communauté internationale de faire pour vous appuyer avec cet enjeu ?

JM : Le partage d’informations sur toutes les réunions tenues autour de la paix et de la sécurité. Une autre chose est qu’une fois que l’information est partagé avec nous, nous devons aussi pouvoir réagir et contribuer. Nous avons besoin de vous pour faciliter notre participation aux discussions sur les politiques mondiales.

NK : Qu’avez-vous reçu comme réactions dans le cadre du travail que vous accomplissez, non seulement des responsables gouvernementaux mais également des membres des communautés avec lesquelles vous œuvrez ?

JM : Au début, ce n’était pas facile, car vous êtes perçu comme quelqu’un qui cherche à amener les femmes à se rebeller. Mais, à mesure que vous nouer des alliances notamment au sein de la communauté, avec les chefs coutumiers, les responsables religieux, et l’ensemble du mouvement, les gens commencent à comprendre que la femme n’est pas juste une épouse ou une mère mais également une dirigeante. C’est tout un processus.

NK : Quel est votre message aux femmes et filles de la RDC ?

 

JM : « Restez courageuses, continuez de vous battre parce que les femmes sont la force qui apportera des changements positifs à notre pays ».

 

Avec toutes les anticipations entourant les élections, il est important de souligner que les femmes congolaises ne sont pas simplement victimes de violences sexuelles. Ils sont des agentes de changement.

 

Remarque : GNWP soutient la participation des femmes aux élections en RDC et dans d’autres pays en facilitant la couverture médiatique et en créant des plates-formes afin de pouvoir atteindre les électeurs plus efficacement.

 

*L’auteur est une ancienne stagière de recherche et de plaidoyer du Global Network of Women Peacebuilders